Présentation et Historique

historique

Pour la petite histoire…

 

Le Festival Paroles et Musiques est né en 1992 à la Salle Jeanne d’Arc sous le parrainage de Léo Ferré et la direction de Marc Javelle. Un festival né du besoin de créer l’événement afin de faciliter la découverte de  la chanson française, à l’époque méconnue et mésestimée  du grand public. Paroles et Musiques conquiert alors son tout premier public, toujours fidèle 24 ans après.

  –

La fin des années 90 (de 1997 à 1999)  marque un tournant du Festival avec l’arrivée de Simon Javelle à la co-programmation artistique, l’installation, en face de la Salle Jeanne d’Arc du Magic Mirrors et  les tous premiers émois de, ce qu’on appellera plus tard, la nouvelle scène française : Dominique A, Bénabar, Têtes Raides, La Tordue,..etc remplissent alors doucement mais sûrement le chapiteau de 400 places.

  –

Durant huit années, le Festival s’installe dans le paysage musical de la ville, du département et au-delà. Il assiste à l’émergence d’artistes tels que Yann Tiersen, Loic Lantoine, Mickey 3D, Jeanne Cherhal, M, Mano Solo…etc, toujours abonnée à la rue Jean-Claude Tissot avec quelques incursions dans les villes environnantes.

  –

En 2005, une nouvelle étape est franchie, puisque Paroles et Musiques se met à utiliser de plus grandes salles (Palais des Spectacles et Hall C). Il peut ainsi élargir sa programmation, son public et sa notoriété. Il initie également, cette même année, des actions culturelles afin d’aller à la rencontre de tous les publics : ainsi naissent Paroles sans Musique (lectures dans les bars), les Apéros Crescendo (concerts gratuits de groupes émergents dans les bars de la ville),  Paroles et Musiques en Liberté (ateliers d’écriture et concerts en Maison d’Arrêt) et les Coups de Pouce (tremplin). De nouveaux sponsors et partenaires médias rejoignent alors l’aventure (France Inter, Libération, Télérama, France 4…etc)

  –

L’année 2007 restera dans les mémoires des stéphanois, puisque le Festival installe un grand chapiteau et son village associatif sur une place nouvellement rénovée, la place Chavanelle. Faisant ainsi vivre le centre-ville et ses commerçants pendant plusieurs jours aux sons des Renan Luce, Higelin, Oxmo Puccino, Melle K et autres…

  –

En 2008, la maison-mère du Festival ferme pour cause de travaux, le Festival est donc contraint de se délocaliser au Parc Expo, mais en profite pour tisser ses premiers liens avec la Smac, récemment ouverte. Pendant deux ans, l’événement prendra place sur ce parking entre le Palais des Spectacles et le Fil. L’arrivée du Zénith en 2009 permet encore au Festival de grandir en y programmant des plateaux artistiques inédits. Le seuil des 25 000 spectateurs est alors franchi !

  –

En 2010 et 2011, le Festival s’installe devant le Zénith, suite aux travaux de transformation du Parc Expo. Il fête ses 20 ans et fait notamment grandir son Village en nouant de nombreux partenariats avec le tissu associatif local. C’est la naissance également de Paroles de Zinc, remplaçant les Apéros Crescendo, qui deviendra le véritable Off du Festival.

 –

A partir de 2012, le Festival réintègre le Parc Expo, transformé en espace de verdure et poursuit ses actions en direction des musiques actuelles (chanson, rap, electro…) en investissant de manière plus importante le Fil. Il atteint sa vitesse de croisière, avec une moyenne de 20 000 spectateurs, un budget d’environ 700 000 € et surtout près de 60 % d’autofinancement, prouvant sa qualité, son professionnalisme et sa durabilité.  En 2014, le Directeur historique du Festival passe le relais à Simon Javelle, désormais en charge de la programmation et de la direction.